Innovation pédagogique prônant l'éducation de la personne par elle-même

Auteurs

n1c0 

Dans cette période s'amorce une réflexion qui aboutira à une prise de conscience de la spécificité individuelle de l'élève et sa responsabilité dans son apprentissage. Ceci peut être mis en relation avec la volonté présente dans l'école d'adapter les pédagogies aux transformations structurelle du système éducatif et aux mutations de la société puis, avec la société post soixante-huitard. Elles sont centrées sur la liberté, l'épanouissement, l'émancipation et la primauté de la réalisation personnelle . Dès lors au sein de l'école on s'intéresse davantage à la personne et à son développement qui lui est propre. C'est ce que P.Parlebas à appelé la « révolution copernicienne » (« L’éducation physique en miettes » , in revue EPS n°85,1967). Les concepteurs se centrent désormais sur l'appropriation active de l'enfant, considéré comme l'acteur principal de ses apprentissages. Il émerge alors un nouveau modèle pédagogique de type « incitatif ». Ces réflexions mettent en exergue que l'éducation de la personne doit être première. Elle se concrétise en confrontant l'élève à un environnement qui va faire émerger en lui de nouvelles connaissances. Apprendre, c'est faire. De plus, l’influence de la science ne va que conforter cette approche. La phénoménologie et le constructivisme de Piaget (1970- 1976) : montrent le rôle majeur du milieu dans le développement et l'apprentissage. De ce fait, l'enseignant est alors un animateur plus qu'un instructeur. Construire une leçon d'EP consiste alors à créer les conditions de l'action de l'élève par la mise en place de situations globales, joués, compétitives aménagées. Le modèle type de cette pédagogie est les "situations-problèmes" prônés par Jean-Pierre Famose (« L'enfant et le ski », 1977). Toutefois jusqu'aux années 1980, les résistances sont nombreuses et l'impact réel de cette volonté est faible (Héry, 2007). Ces réflexions restent donc marginales l'EP est avant tout une éducation du corps. L'enseignement démontre le geste sportif et l'élève tente de le reproduire. C'est la pédagogie du modèle qui domine. La formation du citoyen n'est pour autant écartée. Elle se retrouve notamment avec les travaux de Wallon qui définit l'élève comme un « être social ». Celle-ci se fera à travers le sport, et particulièrement sous l'impulsion de Mérand avec ce qu'il appelle le « sport éducatif ».

Dissertation / Partie / Argument