Former un citoyen sportif

Auteurs

n1c0 

Dans une seconde période à partir des années 20, à cette première représentation du corps se succédera la «machine énergétique» (Parlebas, 1965). Celle-ci est basée sur le modèle thermodynamique. Éduquer le corps c'est faire fonctionner le système cardio-vasculaire. Dès lors, les exercices en plein-air sous forme de jeu ou de sport vont apparaître en EP. Si dans cette période le sport est considéré comme dangereux par de nombreux médecins (Boigey, Ruffier, Mervier et Laterget), des auteurs comme le médecin Lagrange, Marey, Dr Richard, Dr Pierre Nadal, Bellin du Cotteau en font l'apologie. Pour ces derniers les jeux et le sport est même au service de la santé, il contribue au perfectionnement du corps humain (Bellin du Coteau, «La méthode sportive», 1930). Progressivement, le sport ferait l’objet d’une instrumentalisation au service d’une politique qui vise à former un certain idéal d’homme, c’est ce Michaël Attali, Jean Saint-Martin ont appelé le « citoyen sportif »( Michaël Attali, Jean Saint-Martin, « L'éducation physique de 1945 à nos jours. Les étapes d'une démocratisation »). Le sport qui est jusqu’alors un élément parmi d’autre pour éduquer le corps va, à partir des années 1960 avec l’«élan gaullien» (J.L.Martin, La politique de l’EP sous la 5ème république, tome 1, l’élan gaullien, PUF, 1998), être l’instrument principal d’éducation. En effet, les valeurs de la République sont en adéquation avec celles prônées par le sport. Dans « essai d’une doctrine de sport » (1965) M.Herzog nommé Haut-commissaire du sport en 1958 présente celles-ci comme des « véritables moyens d’éducation ». Dépassement de soi, persévérance, fair-play sont notamment les valeurs de référence. Dès lors, la formation des maîtres et professeurs d’EPS a été très influencée par ce courant sportif. Dès 1945, à l’ENSEP et à l’INS M. Baquet fait l’éloge du sport qui pour lui place l’élève « en face de problèmes humains, c’est-à-dire moraux et sociaux, qui les fassent simultanément agir et penser ; là est la vérité ! ». « Le sport est un jeu, mais un jeu qui apprend à vivre » (M.Baquet, « Les sports collectifs développent le sens social », INS, 1947). L’apogée de la formation du citoyen sportif est sans doute la création de « La République des Sports » par J. De Rette en 1964. Dans celle-ci, les élèves font l’exercice de la République en action. Force est de constater que l’éducation des corps fusionne avec la formation du citoyen mais ce n’est pas pour autant que l’on parle d’éducation de la personne car cette formation est réduite au champ sportif.

Dissertation / Partie / Argument